A U.S. Air Force C-130J Super Hercules assigned to the 37th Airlift Squadron at Ramstein Air Base, Germany, lands at Nigerien Air Base 201, Agadez, Niger, Aug. 3, 2019. This was the first C-130 to land at Air Base 201, marking the beginning of limited Visual Flight Rules operations at the base. (U.S. Air Force photo by Staff Sgt. Devin Boyer)

L’US Air Force a lancé ses premières opérations aériennes depuis la base d’Agadez, au Niger

Courrier tunisien – 23 Août 2019 –
En 2014, le Niger donna son accord, à une demande américaine visant à établir une base de l’US Air Force à Agadez, un ancien carrefour caravanier idéalement situé pour surveiller les groupes armés terroristes présents dans une région allant du sud de la Libye au Lac Tchad.
Seulement, il fallut consentir d’importants investissements – plus de 110 millions de dollars – afin de réhabiliter cette base [qui porte le numéro 201, ndlr] et la mettre aux normes américaines. C’est à dire pour y construire les infrastructures pour les opérations aériennes… et pour le confort des aviateurs américains [cafétéria, bibliothèque, accès Wi-Fi, salles de sport, etc…].
Éloigné de tout, le chantier prit du retard, notamment à cause de problèmes logistiques et des conditions climatiques. Initialement, il était prévu de déclarer la capacité opérationnelle initiale de cette base en 2016… Il aura finalement fallu attendre trois ans de plus.
En effet, via un communiqué publié le 15 août, l’US Air Force Europe [USAFE] a indiqué que la base d’Agadez était désormais prête pour des opérations « limitées », c’est à dire pour des vols de type VFR [Visual Flight Rules – vol à vue] d’avions de transport C-130 Hercules.
Ces vols VFR font partie d’une évaluation des installations aériennes et contribuent à l’élaboration des procédures qui entreront en vigueur quand la base sera déclarée pleinement opérationnelle. Ce qui devrait être le cas, selon l’USAFE, d’ici la fin de cette année.
« Je suis fier du travail formidable accompli […]. La base aérienne 201 offre au Niger et aux États-Unis des capacités incroyables dans une des régions les plus difficiles du monde. Cette piste à utilisation commune permet de mieux répondre aux exigences de sécurité régionales et offre un accès stratégique et de la flexibilité. Nos aviateurs sont créatifs, souples et capables de prendre des décisions rapidement, et il n’y a pas de meilleur exemple que celui de l’aérodrome qu’ils ont construit à la base aérienne nigérienne 201 »; s’est félicité le général Jeff Harrigian, commandant de l’US Air Force pour l’Afrique.
La base 201 d’Agadez doit accueillir au moins un escadron de drones MALE [Moyenne Altitude Longue Endurance] de type MQ-9 Reaper ainsi que des avions légers ISR [Intelligence, Surveillance, Reconnaissance].
Actuellement, l’US Air Force – via le 323rd Expeditionary Reconnaissance Squadron – met en oeuvre des MQ-9 Reaper depuis la base 101 de Niamey. Il est donc question de redéployer ces appareils vers Agadez.
Mais d’après le blog « The War Zone », d’autres travaux en cours sur la base 201 suggèrent qu’un second escadron de MQ-9 Reaper y serait attendu. Il pourrait s’agir du 324th Expeditionary Reconnaissance Squadron, qui est actuellement basé à Sigonella, en Sicile. Voire des drones utilisés par la CIA depuis la base de Dirkou, dans le nord du Niger.
Pour rappel, Niamey a demandé aux États-Unis à déployer des drones armés sur son territoire en novembre 2017. La présence de tels appareils au Niger a été confirmée en août 2018.
ZONE MILITAIRE – 19 Août 2019

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*