FRANCE: EFFONDREMENT D’UN PONT A MIREPOIX-SUR-TARN

Courrier tunisien – 18 Novembre 2019 – 20:40 –
Image mise en avant : les secours sont à l’œuvre dans le Tarn, lundi 18 novembre 2019, après l’effondrement d’un pont suspendu à Mirepoix-sur-Tarn (Haute-Garonne). (AFP)
Deux personnes ont été tuées. Leurs véhicules ont été projetés dans les eaux du Tarn.
Sur les clichés de la scène, on aperçoit des câbles de maintien pendre dans le vide, et, au second plan, le tablier qui soutient la route plonger dans la rivière. Un pont suspendu s’est effondré dans les eaux du Tarn, lundi 18 novembre au matin, entre les communes de Mirepoix-sur-Tarn et de Bessières (Haute-Garonne), situées à un peu moins de 30 km au nord de Toulouse. Au moins un mort et plusieurs blessés sont à déplorer. Voici ce que l’on sait au sujet de ce drame.
Que s’est-il passé ?
Il était environ 8h10, lundi matin, lorsque les câbles soutenant le pont de Mirepoix-sur-Tarn ont cédé, rapportent nos confrères de France Bleu Occitanie. Le tablier du pont, sur lequel passe la D71, est tombé de dix-neuf mètres dans le Tarn. Au moins deux véhicules circulaient alors sur l’ouvrage et sont tombés à l’eau, selon le procureur la République de Toulouse, Dominique Alzéari : une Clio et un poids lourd. Dans un premier temps, les autorités avaient fait état d’un éventuel troisième véhicule.
Eric Bonnin, restaurateur résidant à 50 mètres du pont, raconte à franceinfo avoir « entendu une énorme déflagration » au moment de l’effondrement du pont. « J’ai appelé aussitôt les pompiers. Il y avait une dame sur la berge, elle avait réussi à sortir de sa voiture. Mais elle criait que son fils était encore à l’intérieur », rapporte-t-il.
Un important dispositif de secours et de sécurité a été dépêché sur place, avec notamment trois hélicoptères et près de 80 sapeurs-pompiers, indiquent les autorités. Quarante gendarmes, deux équipes de plongeurs ainsi que des bateaux Zodiac ont également été dépêchés aux abords du Tarn. Une cellule de crise a été mise en place.
Quel est le bilan humain ?
Lundi soir, le bilan était de deux morts et cinq blessés légers dont deux pompiers, selon les autorités.
L’adolescente tuée dans l’accident était en classe de première au lycée privé d’enseignement professionnel rural de la localité voisine de Montastruc-la-Conseillère, où une cellule psychologique a été mise en place.
Le conducteur du poids lourd a lui été retrouvé dans la cabine de son véhicule, à trois mètres de fond, selon le maire de Mirepoix-sur-Tarn. Lundi soir, le corps n’avait toujours pas pu être désincarcéré et remonté à la surface.
Le fleuve est très profond à cet endroit, plus de 20 mètres, pour 100 mètres de large, selon France Info.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*