LE POPULISME NOUVEAU PHÉNOMÈNE POLITIQUE

Courrier tunisien – Par la rédaction – 11 Novembre 2019 – 
Le populisme, phénomène politique nouveau, progresse dans le monde, il remet en cause les modes  actuels de gouvernance. Même la Tunisie est aujourd’hui concernée. Théoriquement, le terme populisme désigne « une approche politique qui a tendance à opposer le peuple aux élites politiques, économiques ou médiatiques. Il  se réfère à un peuple qu’on estime exclu du pouvoir et non écouté par la démocratie représentative jugée coupée des réalités ».
En novembre 2018, The Guardian a publié sur son site internet une enquête consacrée à l’ascension électorale des partis populistes en Europe. Cette enquête fait ressortir qu’un Européen sur quatre vo
te pour un mouvement populiste. Sur les 31 pays étudiés entre 1998 et 2018 dans le cadre de cette enquête, les statistiques montrent que les populistes européens passent de 7% des suffrages en 1998 à 30% environ en 2018, année durant laquelle  les partis populistes recueillent plus de 40% des voix en Bulgarie, Hongrie, République tchèque et Italie. En Autriche, le Parti de la Liberté (FPÖ), parti populiste et nationaliste est aujourd’hui le troisième parti du pays. En Allemagne, l’AfD est le premier parti d’extrême droite qui a pu accéder à tous les parlements régionaux. En France, deux partis populistes, un de droite « Rassemblement national » de Marine Le Pen et un autre de gauche, « La France insoumise » de Jean-Luc Mélenchon. Aux dernières élections européennes de mai 2019, l’extrême droite nationaliste a progressé en passant de la septième à la troisième force européenne sans pour autant être en mesure, il est vrai, d’aspirer à jouer les premiers rôles au Parlement européen. Des compromis sont constamment en cours entre les Conservateurs, les Sociaux-démocrates, les Centristes et Libéraux. Selon Le Courrier de l’Atlas deux raisons principales de cette progression du populisme ces dernières années en Europe:
  • d’abord, la crise des subprimes de 2008, qui a entraîné une baisse du pouvoir d’achat des classes moyennes, qui a vu les banques sauvées par les Etats, lesquels Etats se sont ensuite retournés vers les citoyens pour les ponctionner. Chose qui a ravivé le ressentiment anti-élitiste, en rendant palpable l’entente entre élites au détriment du peuple ;
  • ensuite, la question migratoire et ses implications identitaires, probablement le ressort le plus puissant du populisme européen. D’autres raisons secondaires, comme les menaces protectionnistes de Trump, l’impact du Brexit ou la transformation de partis non populistes en partis populistes (comme le Fidesz en Hongrie ou Droit et Justice en Pologne), y ont aussi contribué.
En Tunisie, « Béji Caïd Essebsi a déclaré dès 2015 qu’il allait gouverner sans les islamistes, il a fini par s’allier avec eux. Le gouvernement Chahed a prétendu déclarer la guerre à la corruption, il ne l’a pas fait. Des projets de développement dans les régions marginales sont budgétisés depuis 2011, ils n’ont pas été réalisés ». Peu importe la justification invoquée, pour le peuple tunisien le  mal est déjà fait.
De toute manière, en cette fin d’année 2019, nous souhaitons la bienvenue sur la scène politique nationale aux populistes de chez nous. Ce mouvement s’est  largement imposé lors des dernières élections législatives et présidentielle. Espérons bien que cette nouvelle force tous partis confondus tienne ses promesses et surtout participe efficacement à endiguer la corruption, à rompre avec la  « partitocratie malfaisante » de l’ancienne Assemblée des Représentants du Peuple, de  mettre fin à l’incompétence administrative, de réduire la cherté de la vie, de faire face aux grèves interminables, de garantir une rue propre et un service public décent, de répondre à la délinquance  et à  la construction anarchique, de réduire les inégalités sociales, de permettre le bon encadrement des jeunes, de garantir le respect de la loi… et surtout de s’éloigner des arrangements politiciens pour se  concentrer sur le bien être de la population… On a bien le droit de rêver !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*