NABIL KAROUI ARRÊTÉ

Courrier tunisien – 24 Août 2019 –
L’arrestation dans des circonstances encore non élucidées de Nabil Karoui, candidat à la présidentielle anticipée tunisienne, a fait un tollé dans le pays. Après plusieurs voix dénonçant un sabotage électoral, Mohamed Karim Jamoussi, le ministre de la Justice a décidé de lancer une enquête pour mettre la lumière sur les circonstances ayant mené à l’émission de mandat de dépôt à l’encontre de Nabil Karoui.
Donné favori pour la course à la présidentielle Tunisienne du 15 septembre, Nabil Karoui, propriétaire de la chaîne de télévision Nessma TV est tombé sous le coup d’un mandat de dépôt par la justice pour soupçons de « blanchiment d’argent ». Le 23, juillet l’homme d’affaires avait été entendu par le juge d’instruction pendant près de huit heures.
Cette affaire de suspicion de blanchiment d’argent qui date de 2017, après qu’une ONG ait déposé une plainte contre Nabil Karoui et son frère, a resurgi ces derniers mois, jusqu’à mener au gel des avoirs des deux frères et leur interdiction de sortie du pays le 8 juillet dernier.
Après ce nouveau rebondissement, plusieurs parties ont appelé à une enquête impartiale, notamment de la part du leader islamiste Rached Ghannouchi, du parti Ennahda de la coalition gouvernementale, qui a déclaré au micro d’une radio tunisienne tenir « à l’indépendance de la magistrature et nous attendons des explications de la justice sur cette arrestation ». Plus tôt, Rached Ghannouchi avait déclaré « je ne suis pas ravi de cette arrestation ni de voir un parti ou un responsable de parti entravé ».
Dans un communiqué, la Ligue tunisienne des droits de l’Homme qui a remarqué, l’arrestation de Nabil Karoui s’est faite, « dans un temps record » a estimé qu’elle « suscite beaucoup de doutes et porte atteinte à la magistrature puisqu’elle fait penser à son instrumentalisation politique dans le but d’éliminer des (candidats) rivaux » aux élections présidentielles.
L’ONG tunisienne, tout comme Rached Ghannouchi a appelé à la l’ouverture d’une enquête « sérieuse » afin « de connaître les circonstances de cette décision ». Hier, « Au Cœur de la Tunisie », le parti dont Nabil Karoui est président a suspecté l’implication du premier ministre Youssef Chahed, également candidat aux élections.
Après toutes réactions, le ministre tunisien de la Justice a déclaré avoir ordonné à l’inspection générale au sein du département de la Justice d’enquêter sur les circonstances de l’émission de mandats de dépôt à l’encontre de Nabil et de son frère Ghazi. Cela, afin de « s’assurer de la légalité des procédures empruntées », a déclaré Mohamed Karim Jamoussi, d’après Hespress.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*