SALVADOR : UNE COULEE DE BOUE FAIT AU MOINS NEUF MORTS ET UN DISPARU

Courrier tunisien – 31 Octobre 2020 – 08 :39 –

De fortes précipitations ont provoqué une coulée de boue meurtrière vendredi dans un village au nord de la capitale du Salvador, San Salvador.

Un coulée de boue provoquée par de fortes pluies a fait au moins neuf morts et un disparu vendredi au Salvador, à environ 15 km au nord de la capitale San Salvador, selon un nouveau bilan du ministère de l’Intérieur.

«Un total de neuf corps ont été trouvés» sur les quatre kilomètres de la coulée de boue, a indiqué le ministre de l’Intérieur Mario Duran. «C’est une tragédie», a-t-il ajouté. Environ 135 maisons ont été ensevelies, a précisé le ministère de l’Intérieur, qui a par ailleurs revu à la baisse le nombre de disparus, envisagés à 35 dans un premier temps.

La plupart des personnes comptabilisées comme disparues s’étaient en réalité «auto-évacuées aux alentours», ont précisé les autorités. Le disparu serait un homme de 58 ans, Miguel Angel Maldonado, dont l’épouse fait partie des victimes. Il est tombé «133 millimètres de pluie» en une nuit, «c’est impressionnant», a commenté Mario Duran.

Près de 300 pompiers

Environ 300 pompiers, policiers et militaires coordonnent les recherches pour tenter de secourir les personnes disparues, a indiqué le ministère de l’Intérieur. La coulée de boue est survenue dans une zone rurale près de la ville de Nejapa. Une trentaine de personnes réfugiées dans une église ont pu être évacuées de la zone sinistrée. Le coulée de boue, emportant d’énormes blocs de pierre, a dévalé du sommet du volcan San Salvador et a tout dévasté sur son passage, sur environ 4 kilomètres, jusqu’à couper une autoroute qui relie la capitale au nord du pays.

«Moi, j’ai pu courir en criant (à ma famille), +Sortez !+ (…) Je n’ai rien pu faire. Ma femme est morte et un de mes fils, Vladimir, est porté disparu», a dit en pleurs à l’AFP Angel Erroa, un villageois de 61 ans. Un de ses fils, Samuel Amilcar Erroa, se lamentait aussi à côté de lui: «Cela a été très rapide. J’ai pu sauver deux de mes enfants, mais nous n’avons rien pu faire pour mon frère (Vladimir) et pour ma mère».

Un glissement de terrain sur la partie haute du volcan San Salvador, avait enseveli 160 maisons dans le quartier de Montebello, le 19 septembre 1982, causant la mort de plus de 300 personnes.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*