COVID – 19 DANS LE MONDE : APPEL GENERAL A REDUIRE LES CONTACTS

Courrier tunisien – 17 Octobre 2020 – 17:32 –
Photo : la chancelière allemande, Angela Merkel, arrive à un sommet européen à Bruxelles, le vendredi 16 octobre 2020. Olivier Hoslet / AP
Des mesures entrent en vigueur dans plusieurs pays européens, où la deuxième vague frappe de plein fouet.
Tous les indicateurs sont au rouge : plus de 1,1 million de décès dus au nouveau coronavirus ont été officiellement recensés. Au total, environ 39 millions de cas ont été déclarés – dont plus de 27 millions ont été guéris – et près d’un décès sur cinq a eu lieu aux Etats-Unis, pays le plus endeuillé au monde avec 218 496 morts.
Parallèlement, plus de 400 000 nouveaux cas de contaminations par le Covid-19 ont été répertoriés dans le monde sur la seule journée de jeudi 15 octobre, un record, selon le décompte de l’Agence France-Presse.
·         En Allemagne : « restez chez vous »
L’épidémie connaît une nette accélération en Allemagne, selon des données officielles publiées samedi. En tout, 9 767 décès, soit 33 de plus que la veille, y ont été recensés depuis le début de la crise sanitaire qui, jusqu’ici, avait moins frappé le pays par rapport à la plupart de ses voisins européens.
Pour combattre le retour de l’épidémie, Angela Merkel a solennellement demandé samedi à ses concitoyens de réduire au maximum leurs relations sociales, les incitant même à rester à leur domicile. « Renoncez à tout voyage qui n’est pas vraiment nécessaire, à toute célébration qui n’est pas vraiment nécessaire. Veuillez rester chez vous, sur votre lieu de résidence, dans la mesure du possible », a déclaré la chancelière, avant d’avertir : « Ce que sera l’hiver, ce que sera notre Noël, sera décidé dans les jours et les semaines à venir. »
Le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, autorité morale du pays, s’est mis en quarantaine samedi après que l’un de ses gardes du corps a été contrôlé positif au nouveau coronavirus, a annoncé l’un de ses porte-parole. « Le président fédéral s’est mis en quarantaine aujourd’hui parce qu’un garde du corps a été testé positif au Covid-19 », a précisé son porte-parole.
·         En Espagne, des habitants appelés à « s’autoconfiner »
Le gouvernement régional de Cantabrie, dans le nord-ouest de l’Espagne, a appelé samedi son demi-million d’habitants à « s’autoconfiner » devant « le rebond important du nombre de cas », une nouvelle mesure dans le pays, durement touché par la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19.
« Les autorités sanitaires recommandent l’autoconfinement volontaire et conseillent de limiter au maximum l’activité sociale et la mobilité devant le rebond important du nombre de cas en Cantabrie », peut-on lire sur le site Internet du gouvernement régional. Il est également conseillé, « dans la mesure du possible, d’annuler ou de reporter les réunions familiales ou sociales », poursuivent les autorités, demandant d’éviter les espaces fermés, de se rendre dans les bars ou restaurants et de sortir après 22 heures.
·         A Londres : interdiction de socialiser en intérieur avec des personnes extérieures au foyer
Le Royaume-Uni est l’Etat d’Europe le plus durement touché, avec plus de 43 400 morts déclarés. Plus de la moitié de la population, soit environ 28 millions d’habitants, notamment à Londres, vit depuis samedi sous de nouvelles restrictions visant à enrayer la propagation du nouveau coronavirus.
A Londres et dans d’autres zones de l’Angleterre, qui regroupent 11 millions de personnes au total, les pubs ne servant pas de repas y sont fermés. Les réunions entre famille et amis de différents foyers sont désormais interdites à l’intérieur et à l’extérieur, sauf dans un parc ou sur les plages. En Irlande du Nord, pubs et restaurants ont fermé vendredi pour un mois et les vacances scolaires ont été prolongées.
·         En Belgique : couvre-feu, établissements fermés et hôpitaux engorgés
En Belgique, à partir de lundi, un couvre-feu est mis en place de minuit à 5 heures du matin et tous les cafés et restaurants du pays devront fermer pour au moins un mois. « Semaine après semaine, les chiffres doublent, ils montent en flèche, (…) c’est une hausse exponentielle », a justifié le premier ministre, Alexander De Croo, alors que la Belgique est un des pays européens les plus endeuillés par la pandémie, avec plus de 10 300 morts.
Selon le ministre belge de la mobilité, Georges Gilkinet, les « hôpitaux sont engorgés (…), les chiffres sont aussi élevés qu’ils l’étaient au mois de mars quand on a décidé d’un confinement » pour deux mois.
·         En Italie : la Lombardie ferme ses bars et restaurants à minuit
L’Italie a enregistré vendredi plus de 10 000 nouveaux cas, le chiffre le plus haut jamais atteint en vingt-quatre heures par ce pays, confirmant la hausse inexorable des contaminations, en dépit des restrictions imposées par le gouvernement.
La Lombardie (nord), région italienne la plus touchée par la seconde vague du Covid-19, ferme, à partir de samedi, tous ses bars et restaurants à partir de minuit et suspend toutes les activités sportives amateur. La vente d’alcool à emporter y sera également interdite après 18 heures, de même que la consommation de nourriture et de boissons sur la voie publique. Le respect de ces mesures sera assuré par les forces de l’ordre. « Les contrôles seront encore plus incisifs et nombreux », a promis le préfet de Milan, Renato Saccone.
Deuxième région la plus touchée derrière la Lombardie, la Campanie (sud-ouest), la région de Naples, a, elle aussi, décidé cette semaine des restrictions supplémentaires, notamment la fermeture controversée des écoles ainsi que l’interdiction des fêtes et des cortèges funèbres. Selon la presse italienne, Giuseppe Conte envisagerait, en outre, de donner un nouveau tour de vis au niveau national et de suivre l’exemple de la France en instaurant un couvre-feu, au moins partiel, à partir de 22 heures.
·         La Slovénie, débordée, stoppe le traçage des cas contacts
La Slovénie, petit pays de deux millions d’habitants, a enregistré en vingt-quatre heures quasiment 900 nouveaux cas, soit plus du double d’il y a une semaine, et le système de santé est proche de la saturation. « Nos capacités ont des limites », a expliqué l’Institut de santé publique (NIJZ), qui ne cherchera plus à identifier les contacts de personnes infectées. Les autorités sanitaires stoppent ainsi, à compter de samedi, le traçage des contacts de personnes infectées, faute d’effectifs suffisants face à la deuxième vague. Elles se contenteront désormais d’informer les personnes contaminées et leur demanderont de prévenir elles-mêmes leurs proches.
Pilier essentiel de la stratégie pour casser les chaînes de contamination du nouveau coronavirus, le traçage des contacts s’avère de plus en plus difficile en Europe, alors que le nombre de personnes à contacter augmente fortement.
·         L’Iran dépasse le seuil des 30 000 morts, restrictions prolongées
L’Iran a prolongé samedi les restrictions et les fermetures dans la capitale, Téhéran, pour une troisième semaine, alors que le nombre de morts du Covid-19 a dépassé les 30 000 dans le pays. « Nous avons malheureusement perdu 253 de nos chers compatriotes à cause de la maladie Covid-19 au cours des dernières vingt-quatre heures », a rapporté la porte-parole du ministère de la santé, Sima Sadat Lari, lors de son point de presse quotidien.
Les écoles, mosquées, magasins, restaurants et autres institutions publiques de Téhéran, où le taux d’infection est le plus élevé, sont fermés depuis le 3 octobre. Le gouverneur de la province de Téhéran, Anoushiravan Mohseni-Bandpey, a annoncé une prolongation des mesures jusqu’à vendredi au moins. Le pays, qui avait annoncé ses premiers cas de nouveau coronavirus le 19 février, est le plus touché par la pandémie au Proche-Orient et au Moyen-Orient.
·         En Afrique du Sud : plus de 18 000 morts
L’Afrique du Sud compte 43 % des cas de Covid-19 sur le continent africain. Le pays a enregistré 2 019 nouveaux cas vendredi, portant leur nombre total à 700 203, selon les statistiques du ministère de la santé. Le nombre de décès s’élève à 18 370.
·         Espoir sur un vaccin, qui ne contiendra pas à lui seul épidémie
Seule note d’espoir, les laboratoires américains Pfizer et Moderna ont annoncé qu’ils prévoyaient de demander l’autorisation de leurs vaccins d’ici fin novembre aux Etats-Unis, ce qui marquerait un record de vitesse pour le développement d’un vaccin.
Toutefois, le lancement éventuel de la vaccination d’ici la fin de l’année sera trop limité pour contenir à lui seul l’épidémie, qui en est à son troisième rebond aux Etats-Unis, avec une hausse alarmante des contaminations, des hospitalisations et des décès, souligne Le Monde.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*