TUNISIE – COVID 19: LA RAISON DE LA NON PUBLICATION DES BULLETINS QUOTIDIENS

Courrier tunisien – 17 Octobre 2020 – 14:53 –
Photo : Nissaf Ben Alaya
La directrice générale de l’observatoire national des maladies nouvelles et émergentes, Nissaf Ben Alaya, a révélé la cause de la non publication périodique, par ses services, du bulletin qui devait être quotidien concernant l’évolution de la situation épidémiologique de la COVID-19 en Tunisie.
Elle a assuré, dans une déclaration faite à la TAP, qu’elle a décidé d’accorder une journée de repos au personnel de l’observatoire chargé de préparer le contenu de ce bulletin. Et ce, à l’occasion de la fête de l’évacuation, jeudi dernier.
Elle a assuré qu’elle a préféré ménager ses équipes, plutôt, que de maintenir le rythme quotidien de la publication des bulletins. Et ce, a-t-elle expliqué, pour assurer la continuité de ce service d’information.
Ben Alaya a ajouté qu’elle est en train d’étudier la possibilité de réduire la périodicité de ce bulletin de quotidienne à trois fois par semaine.
Une belle explication, mais qui n’explique, malheureusement, rien, sauf, peut-être que Le Dr Ben Alaya, ainsi que ses supérieurs, d’ailleurs, ne maîtrisent pas leur personnel qui se permet d’exiger un ralentissement du travail, en pleine période de « guerre ».
Car, la journée de repos accordée au personnel de l’ONMNE, le 15 octobre ne pourrait, à la limite, qu’expliquer le retard de la publication du bulletin épidémiologique, enregistré ces deux derniers jours. Et cela n’explique d’aucune manière, les innombrables retards qui ne cessent de se répéter et de devenir de plus en plus longs, depuis plus de deux mois.
Et, d’un autre côté, les retards de publication de ces bulletins qui tombent à des heures très tardives, ne pourraient, en aucune façon, être expliqués par des difficultés de collecte des informations à partir des régions et des patients. D’abord parce que la plupart des porteurs de virus vous le confirmeront, ils ne sont souvent, pas contactés par les services de l’ONMNE, ce qui les pousse, en fin de période de confinement à se rabattre sur les directions régionales de la santé, qui ne répondent, elles non plus, que très rarement aux appels des patients, ce qui les oblige à se déplacer aux locaux de ces directions régionales pour obtenir le sésame pour pouvoir reprendre, par exemple, leur travail. Et, par ailleurs, les cadres du ministère de la santé, Le Dr Ben Alaya à leur tête, ont démontré plus d’une fois, qu’ils détiennent, bien à l’avance, toutes les informations concernant la situation épidémiologique, qu’ils révèlent, parfois aux médias, ou lors de points de presse, alors que le bulletin tarde encore et encore à paraître …, souligne Tunisie Numérique.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*