LIBAN: L’EXPLOSION FINALE

Courrier tunisien – 09 Août 2020 –
Deux énormes explosions ont fait plus de 150 morts et des milliers de blessés à Beyrouth mardi dernier. Jusqu’à 300 000 personnes sont sans domicile, et les dommages s’étendent à près de la moitié de la ville.
Le gouvernement pointe du doigt une cargaison de quelque 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium, substance qui entre dans la composition de certains engrais mais aussi d’explosifs, stockée sur le port.
Des milliers de Libanais dans la rue pour protester contre la classe politique
Des Libanais en colère manifestent ce samedi dans le centre de Beyrouth pour demander des comptes à la classe politique qu’ils jugent responsable de la terrible explosion ayant dévasté une partie de la capitale, faisant plus de 150 morts et 6 000 blessés, tandis qu’une soixantaine de personnes sont toujours portées disparues.
La police a fait usage de gaz lacrymogènes contre des groupes de jeunes manifestants qui ont lancé des pierres et des bâtons à la périphérie du rassemblement pacifique, selon les correspondants de l’AFP.
La manifestation se tient sous le thème «Le Jour du Jugement», alors que le principal mot-dièse qui circule sur les réseaux sociaux est #Pendez-les, exprimant la colère des Libanais qui rendent les autorités responsables de l’explosion.
Des manifestants prennent d’assaut le ministère des Affaires étrangères
Des manifestants menés par des officiers à la retraite ont pris d’assaut samedi soir le siège du ministère des Affaires étrangères à Beyrouth, le proclamant «quartier général de la Révolution». Cette initiative, diffusée en direct à la télévision, est intervenue alors que l’attention des forces de sécurité se concentrait sur le rassemblement de milliers de protestataires dans le centre-ville, qui demandent des comptes aux autorités pour la gigantesque explosion au port il y a quatre jours, qui a dévasté la capitale et fait plus de 150 morts.
Une conférence des donateurs co-organisée par l’ONU dimanche à 14 heures
La visioconférence des donateurs en soutien au Liban, dont la capitale Beyrouth a été dévastée par une explosion meurtrière, aura lieu dimanche à 14 heures, co-organisée par l’ONU et la France, a indiqué l’Élysée. Samedi matin, Donald Trump avait tweeté que la visioconférence réunirait «le président Macron, les dirigeants du Liban et des dirigeants d’autres endroits dans le monde», après la visite du président français jeudi à Beyrouth.
Les institutions européennes participeront aussi à cette conférence de donateurs organisée afin de mobiliser une aide humanitaire d’urgence pour la population de Beyrouth.
Washington annonce envoyer immédiatement au Liban 15 millions de dollars de nourriture et médicaments
Les Etats-Unis ont annoncé, vendredi, envoyer immédiatement au Liban 15 millions de dollars de nourriture et de médicaments, trois jours après les violentes explosions qui ont dévasté Beyrouth.
Cette aide, qui sera acheminée sur place par l’armée américaine, équivaut à trois mois de nourriture pour 50 000 personnes et trois mois de médicaments pour 6 000 personnes, a indiqué dans un communiqué l’agence d’aide internationale des Etats-unis, USAid.
Le président Aoun rejette une enquête internationale
Le président libanais, Michel Aoun, a rejeté vendredi toute enquête internationale dans la terrible explosion au port de Beyrouth, qui a fait plus de 150 morts, estimant qu’elle ne ferait que diluer la vérité. Interrogé par un journaliste qui lui demandait s’il était contre une enquête internationale, le chef de l’Etat a répondu «bien sûr», estimant que cela «diluerait la vérité». Des propos tenus au lendemain de l’appel d’Emmanuel Macron, lors de sa visite à Beyrouth, à une enquête internationale «transparente».
Le président libanais évoque «la négligence» ou «un missile» et rejette une enquête internationale
C’est la première fois qu’un responsable libanais évoque une piste extérieure, trois jours après la catastrophe qui a fait plus de 150 morts. Le président libanais, Michel Aoun, a affirmé ce vendredi que la terrible double explosion au port de Beyrouth était due «soit à la négligence, soit à une intervention extérieure», évoquant l’hypothèse «d’un missile».
Les autorités, critiquées par la population, affirmaient jusqu’à présent que l’origine de l’explosion était un incendie dans un énorme dépôt de nitrate d’ammonium. Le président libanais a profité de la conférence de presse pour rejeter l’idée d’une enquête internationale, estimant que cela «diluerait la vérité». Le chef de l’Etat a tenu ces propos au lendemain de l’appel du président français, Emmanuel Macron, lors de sa visite à Beyrouth, à une enquête internationale «transparente».
Le président juge nécessaire de revoir un système politique «paralysé»
Au lendemain d’une visite d’Emmanuel Macron, qui avait appelé les responsables à «changer le système», le président libanais, Michel Aoun se dit être prêt à revoir le régime politique du pays.
«Nous sommes confrontés à une révision de notre système basé sur le consensus car il est paralysé et ne permet pas de prendre des décisions qui peuvent être mises en oeuvre rapidement : elles doivent être consensuelles et passer par plusieurs autorités», a déclaré le Président, conspué par une grande partie de l’opinion publique libanaise, et encore plus depuis l’explosion au port de Beyrouth.
Le Premier ministre propose des élections parlementaires anticipées
Le Premier ministre libanais, Hassan Diab, a annoncé samedi soir qu’il allait proposer des élections parlementaires anticipées dans le pays ébranlé par l’explosion meurtrière au port de Beyrouth. Dans un discours télévisé, le chef du gouvernement a estimé que seules «des élections anticipées peuvent permettre de sortir de la crise structurelle», ajoutant qu’il était prêt à rester au pouvoir «pendant deux mois», le temps que les forces politiques s’entendent à ce sujet, souligne Libération.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*