SOUDAN : DÉVALUATION ET SUPPRESSION DES SUBVENTIONS SUR L’ESSENCE ET LE DIESEL

Courrier tunisien – 23 Juillet 2020 – 18:36
Photo : le Premier ministre Abdallah Hamdok a indiqué que son gouvernement comptait maintenir les subventions pour les médicaments, l’électricité, le pain et le gaz de cuisine » (AFP)
Le gouvernement soudanais a annoncé mercredi qu’il allait dévaluer sa monnaie et supprimer progressivement les subventions sur l’essence et le diesel en raison de l’énorme déficit du budget causé par l’arrêt de l’activité économique dû à la pandémie du COVID-19.
« Les revenus de l’État ont baissé de 40 % et cela crée un énorme déficit dans le budget. Le gouvernement doit prendre des mesures d’urgence et changer le cours officiel de la monnaie », a affirmé la ministre des Finances par intérim Hiba Mohammad, selon un communiqué du gouvernement.
Pour sa part, le Premier ministre Abdallah Hamdok a indiqué lors d’une conférence de presse que son gouvernement allait « supprimer progressivement les subventions sur l’essence et le diesel mais qu’il comptait les maintenir pour les médicaments, l’électricité, le pain et le gaz de cuisine ».
Selon lui, le gouvernement va établir le mois prochain un budget rectificatif pour tenir compte de l’impact sur l’économie du COVID-19.
Le conseil des ministre soudanais de mercredi était consacré à l’examen de la situation économique et financière des six premiers mois de 2020.
Au cours officiel, le dollar s’échange à 55 livres soudanaises contre 140 au marché parallèle. Le taux d’inflation a atteint 136 % sur un an, aggravant les difficultés économiques déjà existantes au Soudan.
Le bureau de coordination des affaires humanitaires (Ocha) des Nations unies, avait relevé dimanche que plus de 9,6 millions de personnes soit un quart de la population, faisaient « face à une famine grave, le chiffre le plus important jamais enregistré au Soudan ».
Le Premier ministre a également assuré que « le retrait du Soudan de la liste noire américaine des pays soutenant le terrorisme allait ouvrir le Soudan à l’investissement étranger ».
« Nous devons franchir une dernière étape pour obtenir ce retrait ». « Nous devons, a-t-il dit, payer 400 millions de dollars d’indemnisation aux familles » des victimes de deux attentats perpétrés en 1998 contre des ambassades américaines en Afrique, revendiqués par l’organisation al-Qaïda.
Par ailleurs, M. Hamdok a annoncé que les 18 gouverneurs de provinces seraient désormais des civils alors que ces postes étaient occupés jusqu’à présent par des militaires.
Il s’agissait d’une des revendications des milliers de Soudanais qui avaient manifesté le 30 juin pour des réformes.
Le nouveau coronavirus a contaminé plus de 11 000 personnes au Soudan, dont 706 ont succombé.
Depuis août 2019, le pays est doté d’un gouvernement de transition formé de technocrates, à la suite d’un accord de partage du pouvoir conclu entre l’armée et les principales figures de l’opposition, souligne Middle East Eye.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*