ET SI ON METTAIT FIN A LA SERVITUDE VOLONTAIRE SUR NOS DONNÉES  NUMÉRIQUES PERSONNELLES ?

Courrier tunisien – 20 Décembre 2019 – 14:14 –
Image mise en avant : nos smartphones sont devenus une extension de notre corps, et peuvent donc révéler quasiment tout ce que nous faisons, 24 heures sur 24. Ici, manifestation au smartphone à Hong Kong, le 25 novembre. AFP
Une enquête du New York Times révèle l’ampleur des informations personnelles transmises à des entreprises privées par nos téléphones portables, avec notre accord. N’est-il pas temps d’en prendre conscience ?
Lorsque nous évoquons la surveillance de nos données personnelles numériques, nous pensons d’abord à la Chine, qui a poussé le plus loin l’usage policier de la technologie, ou à Edward Snowden, qui a révélé l’ampleur du contrôle par les services de l’État américain.
Mais dans une formidable enquête publiée hier, le « New York Times » décortique une autre dimension de l’usage de nos données, par des entreprises privées auxquelles nous donnons, sans trop nous poser de questions, le droit de nous surveiller, de traquer nos moindres faits et gestes ; en un mot, de nous espionner.
Le « New York Times » a été approché par un lanceur d’alerte travaillant pour l’une de ces entreprises, et qui a été effrayé par ce qu’il voyait. Le fichier sur lequel ont travaillé les journalistes contient 50 milliards de données qui correspondent aux activités de 12 millions d’Américains, sur quelques mois à peine, en 2016 et 2017.
Que révèlent ces données ? Tout ! Tout ce que ces millions d’Américains ont fait 24 heures sur 24, avec possibilité de les identifier individuellement en raison de la répétition de leur passage chez eux ou sur leur lieu de travail.
Un exemple, le « New York Times » a identifié un fonctionnaire du Ministère de la défense, qui a participé à une manifestation contre Donald Trump le jour de son investiture à la Présidence. Sa femme était également présente. Sans grand effort, le journal a pu établir ces informations en partant des données des manifestants munis de leur téléphone portable.
Autre exemple, la précision des données est telle que le journal a pu savoir, sans difficulté explique-t-il, qui a rendu visite à Johnny Depp ou à Arnold Schwartzenegger, ou qui a passé la nuit au manoir Playboy, la maison mythique du fondateur du magazine, à l’ouest de Los Angeles.
On imagine aisément l’usage que pourraient faire de ces données des gens mal intentionnés, le potentiel de chantage, d’extorsion, ou d’espionnage classique. Les entreprises qui les détiennent n’en font qu’un usage commercial, pour mieux cibler leur publicités, et jurent que le secteur est « propre ». On n’est pas obligés de les croire.
Ce que nous dit cette enquête, c’est d’abord que nous n’avons pas réellement conscience de la quantité de traces que nous laissons sur notre chemin, et encore il ne s’agit là que des smartphones, pas des caméras de surveillance ou des paiements électroniques.
Mais surtout, ces informations constituent une intrusion massive dans notre intimité, dans notre vie privée ou professionnelle, et c’est nous qui l’avons permise en cliquant « j’accepte » sur les conditions d’utilisation de nos différents services. Sans les lire d’ailleurs.
Comme le souligne le « New York Times », si l’État nous avait demandé si nous étions d’accord pour porter un appareil traquant tous nos mouvements, nous nous serions révoltés. C’est pourtant ce que nous faisons, au profit d’intérêts que nous ne connaissons même pas. Ca s’appelle : la servitude volontaire.
Le but de cette enquête est de nous en faire prendre conscience, et d’exiger de reprendre le contrôle sur nos données personnelles, même si, de ce point de vue, l’Europe est un peu mieux régulée que l’Amérique. C’est l’un des grands enjeux du XXI° siècle, il est totalement sous-estimé, selon France Inter.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*